3 étapes pour bien faire sa veille

Veille internet

La veille informe en général sur 2 choses distinctes :
– Un domaine particulier : connaître les tendances, les actualités, les nouveautés, etc.
– Moi et/ou mon entreprise : Actualités, qui parle de moi, ce qui se dit de moi, etc.
Il vous faut une veille efficace, pour cela elle doit être bien organisée. Il est essentiel de ne pas passer 3 heures par jour à faire de la veille.

[ÉTAPE 1] Sélectionnez vos outils de veille

Il existe plusieurs outils pour faire de la veille, il vous faut choisir ceux qui vous correspondent le mieux. N’hésitez pas à les essayer toutes.
– Feedly : il s’agit d’un agrégateur de flux RSS. Vous devez organiser l’interface par thèmes de veille et entrer un par un les flux RSS des blogs/sites/forums/autres qui correspondent à votre domaine de recherche. Ensuite, l’interface s’actualisera en temps réel et vous fera gagner du temps. Feedly possède des options de partage sur les réseaux et est le seul à avoir une application sur tablettes et smartphones.
– Réseaux sociaux : très utilisés, que ce soit de manière personnelle ou professionelle. Un réseau très efficace pour le veille est Twitter. Cliquez ici pour en savoir plus sur la veille via Twitter.
– Les outils de curation : permettent une veille sur les domaines, mots-clés de votre choix. Le but est de retenir les résultats les plus pertinents et les partager ensuite sur l’outil en question. Il exite Scoop.It et Paper.li pour des articles écrits en particulier, Pinterest pour des images, et bien d’autres…
– Les Newsletters : S’il est existe des sites, magazines en lignes, journaux, etc. qui traitent des sujet de votre domaine, le plus simple est sans doute de s’abonner à leur newsletter.
– SocialShare : semble être un agrégateur de flux RSS mais avec plus d’options. C’est une plateforme dans laquelle vous sélectionnez des thématiques qui contiennent déjà une liste de flux RSS. Ensuite il faut faire le tri, supprimer ce qui ne vous intéresse pas et ajouter ce qui vous intéresse.
– Netvibes : est un outil assez similaire à Feedly dans l’idée, mais l’utilisation diffère quelque peu, avec des widgets par exemple, et une présence uniquement sur le web (pas d’application). Cliquez ici pour en savoir plus sur Netvibes
– Google Alert : Vos donnez un ou des mots-clés à Google et chaque jour, il vous enverra sur votre boite mail toutes les nouvelles qu’il aura répertorié. Vous pouvez directement mettre votre nom ou le nom de votre entreprise.
Vous pouvez et devez utiliser plusieurs outils en même temps, simplement car il n’existe pas un outil capable de faire une veille sur tout ce que contient le web. Premièrement vous pouvez utiliser Google Alert, simple et rapide d’utilisation, ensuite, il est conseillé d’utiliser un agrégateur de flux RSS (Feedly, Netvibes ou SocialShare), puis les réseaux sociaux et outils de curation si vous y trouvez un intérêt.
Testez-les pour vous faire votre propre idée et trouver ceux qui vous correspondent le mieux.

[ÉTAPE 2] Trouvez vos sources

Une fois vos outils sélectionnés, ce sont sur vos sources qu’il faut se concentrer. Ces outils ne vous serviront à rien si vous ne parvenez pas à bien sélectionner vos sources.
C’est un travail assez long au début puisqu’il faut entrer un à un les sites que vous voulez surveiller dans la plateforme.
Une fois ce travail fait, il vous suffit de faire votre veille et de tenir à jour vos sources (supprimer celles qui ne publient plus d’information, ajouter vos nouvelles découvertes, etc…).

[ÉTAPE 3] Soyez rapide

Ce point est très important : il faut savoir limiter son temps de veille.
Dans (presque) tous les cas, vous ne pourrez lire tout ce qui vous intéresse, si vous essayez d’en lire le maximum vous risquez de faire de l’infobésité. Vous ne retiendrez pas tout et vous serez débordé.
Précédemment, vous avez classé et hiérarchisé vos sources d’information pour ne pas perdre de temps. Allez donc à l’essentiel pour ne pas perdre en productivité.

Allez à l’essentiel signifie aussi que vous retiendrez mieux l’information et cela vous rendra plus plus efficace.

Publicités

Améliorer ses relations B2B grâce à LinkedIn

 

Pourquoi s’inscrire sur LinkedIn ?

LinkedIn est le plus important réseau de professionnels au monde. Il s’agit d’un annuaire géant de CV.
LinkedIn

 

Je commence par quoi ?

L’objectif n’est pas de renseigner le plus d’informations possible mais d’être pertinent. Comme sur un CV, même principe. Si vous ne souhaitez pas qu’un possible recruteur tombe sur vous suite à une recherche “garde d’enfants”, mieux vaut ne pas le mettre. Il faut être efficace.
Pensez à toujours rester en accord avec ce que vous faites et souhaitez faire. Mettez une photo de vous, c’est un réseau 2.0, autrement dit, “social”. Si vous utilisez votre logo, vous perdez en naturel et humain.
Note : LinkedIn est très bon pour le référencement Google

Des campagnes publicitaires ?

Peut-être n’étiez-vous pas au courant : LinkedIn propose aux entreprises de créer des publicités.
Le système ressemble de près à celui de Facebook, il en existe 2 sortes :
– Pour promouvoir la page, la marque et le service.
– Pour promouvoir un post en particulier, lorsque que vous voulez mettre en avant un contenu en particulier.

Que puis-je faire sur ce réseau ?

Il s’agit d’un réseau social professionnel donc commentez, likez, utilisez la messagerie, bref, échangez.
Vous pouvez créer et rejoindre des groupes (généralement classés par thèmes) :
– Vous pouvez créer votre propre groupe sous le nom et le logo de votre marque, vous aurez ainsi votre propre communauté.
– Rejoindre des groupes qui sont dans votre secteur d’activité, pour partager avec des internautes ciblés, donner des nouvelles sur le secteur et parler de vous à des gens que ça intéresse.
L’objectif ici est d’entretenir et de faire grossir votre réseau de partenaires, de clients potentiels, et peut-être, de futurs collaborateurs.

Ah oui, je peux recruter ?

Bien sûr ! N’oubliez pas que LinkedIn est une CVthèque mondiale qui mets en relation les personnes par thématiques, secteurs d’activités et intérêts. Ainsi, vous êtes en contact avec des talents qui travaillent potentiellement dans le même domaine que vous.
Les utilisateurs de LinkeIn indiquent leurs objectifs de carrière ou proposent des offres, ils peuvent même être recommandés par d’autres utilisateurs.
LinkedIn a tout fait pour vous simplifier la tâche, jusqu’aux critères de recherches : personnes, entreprise, emploi,… Vous pouvez voir le profil complet, lui parler via messagerie.
Vous gagnez du temps et de l’argent que vous ne dépenserez pas dans une agence de recrutement.

Donc je peux nouer des partenariats ?

Quand nous parlions précédemment de développer vos réseaux professionnels, cela comprend également les partenariats. LinkedIn n’est pas réservé qu’au recrutement ; les entreprises qui souhaitent accroître leur notoriété et crédibilité y trouveront beaucoup d’avantages.

A quoi je dois faire attention ?

– Mettre une photo :
C’est une grave erreur de ne pas utiliser de photo. Selon Nicole Williams. « Votre profil a sept fois plus de chances d’être regardé si vous en mettez une. C’est comme pour une annonce immobilière: s’il n’y a pas de photo c’est que quelque chose cloche. »
Il s’agit de votre identité, les gens vous contacteront plus facilement en voyant votre photo.
– Utiliser la BONNE photo :
Évitez les photos personnelles où l’on vous voit avec votre animal ou un proche. Montrez que vous êtes pro et que vous ne mélangez pas deux mondes qui n’ont rien à voir ensemble. Évitez également les photos qui ne vous ressemblent pas, les photos trop anciennes ou avec une coupe de cheveux trop différente ne convient pas.
– Mettre des statuts :
Comme Twitter et Facebook, vous pouvez poster des statuts. Evitez cependant de raconter votre vie personnelle, mais n’hésitez pas à parler de votre vie professionnelle, vos réussites, votre progression, partagez vos travaux, vos articles… Vous pouvez également parler de votre boite, de vos collègues. Postez-en régulièrement, montrez que vous êtes actif.
– Prenez en compte les invitations par défaut :
Sur ce point, LinkedIn ne fonctionne pas comme Facebook et Twitter : la qualité d’abord ! Connectez-vous avec les personnes qui sont dans votre domaine et qui peuvent apporter un plus à votre profil et donc à vos opportunités de carrière.
Les employeurs peuvent même vous engager en ayant vu que vous connaissez du monde et donc que vous avez un certain poids.
– Régler les paramètres de confidentialité :
Tout ne doit pas être vu par tout le monde. Si vous changez de statut en mettant “à la recherche de nouvelles opportunités” et que vous êtes connecté à votre employeur sur ce réseau, ça risque de ne pas vraiment lui plaire. Vous pouvez modifier les paramètres et il vous est conseillé de le faire.
– Remplir le résumé :
Allez droit au but, annoncez vos objectifs de carrière. Il s’agit plus ou moins d’une lettre de motivation, il faut vous vendre, ou vendre votre marque. Mettre en avant uniquement ses diplômes est loin d’être suffisant. Cassez-vous un peu la tête pour donner envie aux gens d’être en contact avec vous.
– Ne pas supprimer d’anciens emplois ou du bénévolat :
Ne pas les mettre en avant est différent de les effacer. Même si vous avez changé de carrière, et que vos précédents emplois (ou job étudiant ou bénévolat) ne sont plus d’actualité et hors sujet, gardez-les. Il ne s’agit pas d’un CV réalisé pour un post précis, il s’agit de LinkedIn, et, plus vous en mettez, plus vous correspondrait aux critères des employeurs. Une expérience peut faire la différence.
– Rester actif :

Prospecter sur les réseaux sociaux

 
Le but de cet article est de dénicher les internautes potentiellement intéressés par vous et de les amener à acheter votre produit.
 

Que se passe-t-il avec Internet ?

Avec Internet, il n’a jamais été aussi facile de donner un avis et de le rendre visible par des centaines, voire des milliers d’internautes. Il est donc facile et rapide pour un consommateur de déterminer, grâce aux différents avis, s’il fera l’acquisition d’un produit/service ou non.
A savoir également que les commentaires négatifs ont un impact décuplé sur Internet. Il s’agit de l’effet Streisand. En savoir plus ici.
 

Pourquoi les réseaux sociaux ?

Le phénomène des réseaux sociaux va au-delà de ça et a tendance à s’amplifier. Grâce aux partages et aux algorithmes Facebook, les informations qui se répandent comme une traînée de poudre.
Il n’est pas possible de maîtriser les avis ou de les supprimer, car une fois publiés sur les réseaux, ils le restent. En revanche vous pouvez y répondre et montrer ainsi votre présence sur les réseaux et rassurer vos clients.
 

mediassociauxprofessionnels
 

Trouver des potentiels consommateurs

1. Faire de la veille : Les outils de veille sont de plus en plus performants et permettent de savoir en temps réel ce qui se dit sur vous. Vous pouvez ainsi répondre rapidement à leurs besoins et interrogations, tout en montrant que vous prenez en compte leur avis. Pour trouver ces consommateurs qui parlent de vous, il vous faut des outils de veille tels que Tweetdeck, Hootsuite, Netvibes ou Google Alert. [Pour en savoir plus sur la veille, rendez-vous ici].
2. Faire des jeux concours : Les jeux concours sont un excellent moyen de générer du lead afin de travailler sur un CRM ciblé et de qualité. [En savoir plus sur les jeux concours ici]
 

Comment créer une communauté ?

Vous faites de la veilleVous devez créer une communauté sur les réseaux sociaux. Ils ne fonctionnent que comme ça. Il vous faut des fans et des followers. C’est un travail qui peut mettre du temps.

Créer une communauté :
Vous devez être présents sur TOUS les principaux réseaux, Facebook, Twitter, LinkedIn, Viadeo, slideshare, etc. Surtout, créez-vous un blog ou un site.

Écrivez des articles concernant votre domaine d’expertise, trouvez des sujets qui peuvent intéresser votre cible. Si vous souhaitez rédiger vous même de A à Z vos articles, trouvez ici comment rédiger du bon contenu.
Si vous n’avez pas le temps pour cela, faites de la veille sur les blogs/sites qui vous intéressent, piochez un article qui vous convient et résumez-le rapidement et redirigez vos lecteurs vers l’article d’origine. Ce type de méthode peut vous faire gagner beaucoup de temps, même si c’est moins efficace.
Enfin, diffusez sur tous les réseaux. Soyez réguliers et tâchez d’être intéressant. Ne lassez pas vos lecteurs.
Votre communauté grossira petit à petit.
 

Qui vient sur mon site ?

C’est ce qui s’appelle le social tracking.
Si vous êtes en B2B, il existe Webleads Tracker qui vous permettra d’identifier les contenus qui séduisent vos cibles et d’identifier les sociétés qui ont parcouru votre blog.
Le plus utilisé (car gratuit et pratique) reste Google Analytics. Qui vous permet de voir que quels sites et réseaux sociaux viennent vos visiteurs, quelles pages sont les plus visitées, combien de visites vous avez eues, la moyenne d’âge, le sexe, leurs centres d’intérêts, etc.
Il vous est ainsi possible de savoir si vous touchez à votre public cible ou non, même si Google Analytics n’est pas aussi performant que Webleads Tracker. Son avantage est qu’il est plus gratuit et relativement complet.
 

Récupérer des données :

Cette partie n’est pas une mince affaire. Beaucoup de gens sont réticents à l’idée de donner des informations en ligne, et, pour ceux qui ne le sont pas, il leur faut un minimum d’intérêt pour qu’ils laissent leurs coordonnées.
Si tout se passe bien jusqu’ici et que vous avez bien suivi tous les conseils, vos fans et followers devraient être vos potentiels consommateurs. Il y a plusieurs solutions pour récupérer leurs données :
– Vous pouvez alors créer une newsletter (le principe est d’envoyer chaque jour/semaine/mois des nouvelles concernant votre entreprise et son domaine d’expertise par mail : il faut donc que les utilisateurs renseignent au moins leur adresse mail pour la recevoir. C’est une première solution.
– Un livre blanc. Vous pouvez donner accès à votre livre blanc à vos clients en échange de leur adresse mail.
– Un dossier constitué à partir de vos articles précédents et agrémenté de statistiques, de ressources, d’un agenda…
– Un livre d’expert, recueil de témoignages
– Une vidéo
– Etc.
Il suffit de donner l’impression que ce document est suffisamment important et justifie de donner ses coordonnées.
 

Vous avez maintenant une jolie petite liste de clients potentiels dont vous avez également les coordonnées. Maintenant il faut passer à la vente ! Mais ceci est une autre histoire.

Mieux vendre avec du bon contenu

 

Aujourd’hui encore, les sites de eCommerce sont nombreux à ne pas prêter attention à leur contenu.
Pourtant, c’est un formidable moyen de donner envie. Quand on sait que la clé pour vendre c’est donner envie, on n’y réfléchit pas à 2 fois.

 

Article1
 

Dois-je obligatoirement créer du contenu pour mon site de eCommerce ?

Rien n’est obligatoire. Tout existe sur Internet, regardez ce visuel (attention les yeux).

Mais mieux vaut suivre quelques conseils. Actuellement, votre site de eCommerce est aussi un canal de communication et d’échanges, il n’est pas seulement un canal de vente. Un site de eCommerce se doit de donner de l’information et de répondre pertinemment aux questions de ses clients (pas comme Amélie de l’Assurance Maladie).

 

Comment écrire un article percutant ?

1. Faire des phrases courtes : pour ne pas égarer le lecteur ou vous égarer vous-même. Tout le monde ne s’appelle pas Victor Hugo.

2. Intérêt : soyez efficace et utile à vos lecteurs. Donnez des solutions et des astuces. Mieux vaut ne rien écrire que de faire un plat dans la piscine.

3. Positive attitude : évitez ainsi les tournures négatives, ce n’est pas agréable à lire : ǝʌıʇɐƃǝu ǝɹnuɹnoʇ.

4. Call-to-action : pour inciter le lecteur à passer à l’action, insérez des liens ou des boutons “Likez notre page”, “Cliquez-ici”, “Dites-nous que notre article est fantastique” (c’est en bas de l’article pour ce dernier exemple).

5. Soyez clairs : le lecteur ne vient pas sur votre site pour lire un roman. Soyez direct, concis et simple.

6. Demandez un avis : on est rarement objectif envers soi-même.

7. Attention au ton : mieux vaut éviter l’humour sur un site de services funéraires. Demandez-vous quelle est votre cible et quelle image vous souhaitez donner à votre marque.

8. Orthographe : arrêté d’agressé les yeux des vos lecteur, bon sans ! Pour ceux qui n’y arrivent pas : solution ultime.

9. Visuel : si le fond est essentiel, la forme l’est tout autant. Attention aux couleurs, à la police et aux images que vous utilisez.

10. Faites court : au-delà de 1000 mots, le taux d’abandon de lecture est énorme. Les gens sont pressés et zappent rapidement. Facilitez-leur la vie, 500 mots est une bonne moyenne, pas comme ici donc.

 

Quel(s) sujet(s) traiter ?

1. Les tendances : pas trois semaines plus tard en revanche. Pour surfer sur les tendances il faut être inspiré et rapide. Parler du selfie des Oscars maintenant n’a plus aucun intérêt.

2. Interview : ce sont des formats agréables à lire car il y a un échange. Vous pouvez interviewer un de vos clients, un professionnel du milieu ou votre mère (il y a cependant un risque que l’intérêt soit limité avec ce dernier exemple).

3. Local : les gens se tournent de plus en plus vers ce qui les concerne, cela inclut la position géographique. Parlez de ce qui se fait à côté de chez vous, des problèmes que votre ville/pays rencontre et proposez une solution de votre cru. C’est toujours mieux que cuit. Les gens ont besoin de se sentir concernés.

4. Expliquez le fonctionnement : bien vendre un produit c’est aussi bien présenter ce produit. Visuels à l’appui, expliquez son fonctionnement et ses différents usages s’il y en a. Vous pouvez même faire un article par usage. Un peu comme les recettes de cuisine.

5. Parlez de vous : de vos découvertes, de vos problématiques et solutions. Vous pouvez et devez parler de votre société, de son avancée, des gens avec qui vous travaillez, etc. Cela augmentera la confiance de vos clients et leur attachement à votre société.

6. A court d’idée : listez tous les sujets qui vous viennent en tête, qui ont un rapport avec votre activité et qui vous inspirent. Si vous êtes plusieurs à écrire sur le site, partagez vos idées. Certains sont plus inspirés que d’autres.

 

Quand dois-je commencer à écrire ?

Maintenant. Au boulot.