Comment améliorer son référencement naturel ?

Capture d’écran 2014-06-20 à 10.42.10

Dans cet article, nous ferons un zoom sur le choix des mots clés et l’optimisation de votre contenu texte pour apporter de la visibilité et du trafic sur votre site.

Vous l’avez compris, avoir un site web est indispensable pour votre entreprise mais encore faut-il réussir à attirer un grand nombre de visiteurs ! En effet, le Web abrite une quantité colossale de contenus et il est difficile de sortir du lot. Pourtant, en suivant quelques principes essentiels et en consacrant un peu de temps à son référencement, on peut pleinement tirer parti des opportunités offertes par Internet. Comme un point de vente, un site web professionnel se doit d’être visible, d’où l’importance du référencement !

 

1/ Le référencement, qu’est-ce que c’est ?

Très largement, le référencement d’un site Internet renvoie aux moyens qu’ont les internautes de le trouver, soit par les moteurs de recherche, soit par des liens. Un site bien référencé sera donc plus facilement accessible aux internautes qui recherchent de l’information en rapport avec ce site.

Le marketing du référencement, quant à lui, regroupe tous les outils et techniques qui permettent au site en question d’être visible par les internautes : indexation par les moteurs de recherche, liens gratuits ou payants, annuaires, mots clés gratuits, liens sponsorisés, etc …

2/ Définir son activité avec des mots clés

Google accorde une importance cruciale au contenu. Le contenu textuel est basé sur les mots clés ou expressions clés que vous avez choisis au préalable pour le construire. Ce sont ces mêmes mots clés que les internautes tapent lorsqu’ils font une recherche sur Google pour trouver les informations s’y rapportent. Si ces mots clés figurent dans le contenu de votre site, alors vous aurez des chances d’apparaître dans les résultats de recherche.

Quels sont les mots clés qui correspondent à mon activité ?

Il convient de définir votre activité en une liste de mots clés (ou expressions clés) qui sera ensuite répertoriée en fonction du sujet principal de vos pages. Cette liste varie selon le nombre de pages internes et la quantité de contenu accordée au sujet de vos pages. Les mots clés seront la ligne conductrice de la rédaction de votre contenu et seront placés à des endroits stratégiques.

Les facteurs à prendre en compte dans le choix des mots clés

Les mots clés doivent correspondre à trois facteurs importants :

  • Leur densité de recherche – le mot clé doit être recherché par les internautes.
  • Leur pertinence – le mot clé doit correspondre au thème de votre site.
  • La convoitise – le mot clé est-il concurrentiel ? Plus le nombre de personnes souhaitant se positionner sur un mot clé est élevé, plus les places sur la première page de résultats sont difficiles.

Il existe différents types de mots clés, à éviter ou privilégier selon leurs caractéristiques :

  • Les mots clés concurrentiels sont les plus convoités. Les sites qui arrivent à se positionner dessus bénéficient très souvent de gros moyens financiers et d’une grande notoriété. Ainsi, « plomberie », « décoration » et « chaussures » sont des exemples de mots clés utilisés par de nombreux sites qui ont investi un budget considérable pour apparaître dans les premiers résultats de recherches (que ce soit en référencement naturel ou AdWords).
  • Les mots clés parasités sont des mots dont les résultats peuvent varier en fonction de la signification du mot et aboutir ainsi à une recherche non pertinente pour l’internaute. Exemple : « domaine » peut être lié à l’informatique (dans le sens « nom de domaine ») ou à l’immobilier (dans le sens « propriété foncière »).
  • Les mots clés de « niche » sont des expressions clés pertinentes qui apportent un trafic qualifié sur votre site. Le trafic ne sera pas conséquent mais vous avez ainsi l’avantage d’avoir peu de concurrents et de toucher la cible voulue.

La stratégie de mots clés à établir

Chaque mot clé a un rôle précis et demande un travail plus ou moins rigoureux. Le choix de vos mots clés a un impact direct sur votre référencement, notamment sur le contenu de vos pages, vos liens retours. Voici une liste qui pourra vous guider dans le choix de mots clés :

  • Trouver des synonymes et varier les expressions pour élargir le champ lexical du texte.
  • Penser « expression clé » plutôt qu’un seul mot car les recherches des internautes comptent plusieurs mots ou expressions.
  • Opter pour des mots clés peu concurrentiels mais à fort trafic, autrement dit des mots clés de niche qui correspondent au mieux à votre cible.

Générateur de mots clés

Voici deux liens qui pourront vous aider dans votre recherche de mots clés et/ou champs sémantiques s’y rapprochant :

Cet outil est avant tout destiné aux utilisateurs de Google AdWords mais il peut servir pour le référencement naturel. Il vous fournit des suggestions de mots clés, leur volume de recherche et le degré de concurrence en s’appuyant sur les requêtes tapées par les internautes. Profitez de cet outil dès maintenant, car dans peu de temps il sera réservé aux internautes disposant d’un compte AdWords et sera remplacé par un outil de planification de mots clés.

Ubersuggest est un générateur de mots clés gratuit qui vous liste des suggestions de mots clés en fonction de votre recherche et la langue sélectionnée.

 

3/ La rédaction du contenu

  • La première chose à soigner (et certainement la plus importante pour qu’un site fasse de l’audience) c’est la qualité du contenu. Les internautes qui auront été captivés par les informations que vous leur donnerez n’hésiteront pas à parler de votre site. D’autre part, les moteurs de recherche prennent en compte le temps passé par les visiteurs sur votre site. Ainsi, en proposant un contenu intéressant on génère à la fois de la prescription et une meilleure indexation.
  • Pour optimiser son référencement, il est utile d’intégrer à son contenu des mots clés susceptibles d’être recherchés par les internautes constituant la cible du site. La présence de mots clés représentatifs de l’activité du site est essentielle à la bonne indexation par les moteurs de recherche. Toutefois, il est contre productif d’entrer des séries de mots clés sans queues ni têtes. En effet, les robots d’indexation repèrent désormais ces listes de mots qui leur étaient destinées. D’autre part, cela nuit considérablement à la qualité rédactionnelle et fait invariablement fuir les internautes en quête d’informations de qualité.
  • Par contenu, il faut également entendre ergonomie et qualité visuelle. Pour retenir les internautes et augmenter le nombre de pages vues, un site se doit d’être convivial et facile à utiliser. En ce qui concerne l’indexation, il est essentiel de donner un titre explicite à chaque page ainsi que de concevoir une arborescence cohérente.

 

Les balises html utiles pour le référencement naturel et la structure du contenu

  • La balise Title 

Elle permet de donner un titre à vos pages. Elle sera vue en premier par l’ internaute dans les résultats de recherche et est située dans l’entête HTML de la page entre <head> et </head>. Elle va s’afficher dans la barre de titre du navigateur. Il est donc important qu’elle soit optimisée et donne envie de visiter votre site. Cette balise doit être différente pour chacune de vos pages.

<title>titre accrocheur avec mot clé et nom de votre site</title>

  • La balise <meta description>

Le contenu de cette balise correspond au texte qui s’affiche en dessous de votre title dans les résultats du moteur de recherche. Elle permet aux internautes d’avoir plus d’information sur le contenu de votre page.

<meta name= »description » content= »décrivez de manière incitative le résumé de votre page »/>

  • Les Balises « h1 », « h2 »,  « h3 »

Elles servent à désigner les titres et sous-titres du contenu textuel. La balise <h1> sert à délimiter le titre de votre contenu principal. Le moteur de recherche tient compte de ces balises, car elles lui permettent de suivre une arborescence et de se repérer dans le contenu.

  • La Balise « strong » permet de mettre le mot clé en gras et de lui donner une importance particulière aux yeux des moteurs.
  • L’Attribut « Alt » 

Il permet de nommer une image et lui donner un titre. L’usage de la balise « alt » sur les images de votre site est fortement recommandée. Cette balise sert à apporter la même information que l’image si jamais celle-ci ne se charge pas ou est indisponible.

Règles pour structurer et optimiser votre contenu

  • Un sujet unique par page web.
  • Le titre de votre page (balise title) et votre h1 doivent comporter le mot clé en début de phrase et être accrocheur.
  • Le premier paragraphe aura un rôle primordial car il résumera l’information principale de votre page. Utilisez votre mot clé principal dans le premier paragraphe et ajoutez-y quelques expressions clés relative au thème de votre page. Vous êtes une chambre d’hôtes, le mot clé « chambre d’hôtes » doit être placé dans le premier paragraphe.
  • Utilisez des phrases courtes avant tout, en restant précis, clair et concis.
  • Utilisez des sous-titres type h2, h3 pour découper vos arguments.
  • Faites attention aux fautes d’orthographe !!
  • Mettez certains mots clés en gras, avec modération cependant.
  • Utilisez des listes à puces pour rendre lisible votre contenu.
  • Illustrez votre contenu à l’aide d’images s’y référant. Si vous insérez votre mot clé principal dans l’attribut « alt » de la balise <img> vous en serez plus que gagnant.
  • Adaptez votre langage en fonction de votre cible.
  • Pensez au maillage interne du site : créez des liens sur des mots clés qui renvoient vers les autres pages de votre site.
  • Limitez le nombre de liens dans les pages et évitez au maximum les liens redondants qui emmènent l’internaute vers un même contenu.
  • Pensez à écrire pour le lecteur plus que pour les moteurs de recherche.

 

4/ Politique de liens

  • Les annuaires : il existe un grand nombre d’annuaires spécialisés sur un thème ou généralistes. Pour se faire référencer dans les annuaires on peut choisir deux stratégies :
    • Stratégie qualitative : on sélectionne scrupuleusement les annuaires pertinents par rapport à la thématique du site à référencer et à leurs Page Rank (le Page Rank est l’indice de confiance attribué à un site par Google). Cela permet d’augmenter son propre Page Rank et de drainer vers son site une audience réellement intéressée par son contenu. En revanche, cela n’offrira qu’un nombre limité de liens retours et de visites.
    • Stratégie quantitative : on cherche à se faire référencer par le plus grand nombre d’annuaires possible. Cela peut être très long à faire manuellement mais des robots existent bien que leur efficacité soit limitée. On obtiendra un grand nombre de liens retours et de visites mais de piètre qualité et pouvant faire baisser votre Page Rank.

Pour obtenir des liens, on peut également mettre en place une politique de partenariats :
Il s’agît de faire directement des demandes d’échange de liens aux webmasters d’autres sites. Cela a pour effet à la fois de rediriger directement des visiteurs vers votre site et d’améliorer votre indexation dans les moteurs de recherche. De la même manière que pour les annuaires, et avec les mêmes effets, on pourra : soit privilégier la qualité soit la quantité des demandes d’échange de liens. Pour optimiser les chances qu’une requête soit acceptée, on veillera à envoyer au webmaster concerné une demande courtoise et argumentée même si cela doit prendre un peu plus de temps. Créer des partenariats entre sites au contenu proche ou complémentaire peut s’avérer redoutable.

Par exemple, un blog sur la diététique a tout intérêt à créer des partenariats avec des blogs sur le sport ou des marchands de produits alimentaires biologiques. Cela crée un mini réseau qui se renvoie les visites d’internautes aux centres d’intérêts proches.

En conclusion…

Obtenir un bon référencement est une tâche de longue haleine, sauf si l’on est seul sur son secteur d’activité. Il convient donc de s’armer de patience, d’y consacrer du temps ou de recourir aux services d’un professionnel.

 

L’e-mailing : 7 règles fondamentales à ne pas négliger !

Capture d’écran 2014-05-11 à 16.57.25

L’e-mailing peut être un moyen puissant pour séduire le client et générer des ventes mais il peut également nuire à l’entreprise s’il n’est pas correctement utilisé ! Pour éviter cela, il est important de connaître certaines règles.

L’e-mailing est une manière économique de communiquer avec vos clients. Quand il est conçu dans les règles de l’art il peut être très efficace. Par contre, s’il est pratiqué de façon incorrecte, il peut être nocif pour votre entreprise et nuire à votre image de marque.

Dans cet article vous trouverez 7 règles qu’il ne faut pas négliger lorsque vous avez recours à l’e-mailing.

 

1. Pratiquez le double opt’in

N’envoyer des e-mails qu’à ceux qui les ont demandés !

Envoyer un e-mail non sollicité, cela s’appelle du spam et c’est interdit par l’éthique du web ainsi que par la loi de plusieurs pays. Le seul moyen de respecter cette règle quand on passe par un formulaire web c’est de bien vérifier que les e-mails que l’on vous donne appartiennent bien à ceux qui vous les donnent. C’est la pratique du double opt-in (l’internaute vous donne son accord une première fois dans le formulaire que vous lui soumettez puis il le valide ensuite par e-mail).

Les avantages : Le double opt’in améliore la qualité de vos lecteurs et la délivrabilité de vos e-mails.

Attention : n’oubliez pas de permettre à vos abonnés de se désinscrire via un formulaire d’opt-out dont le lien doit figurer dans l’email.

 

2. Faites en sorte que le contenu de vos e-mails soit pertinent

Le fait d’avoir l’e-mail d’une personne ou d’une entreprise ne vous autorise pas à lui envoyer tout et n’importe quoi. D’autant plus que la personne en question risque de mettre votre mail à la corbeille, ou pire, de signaler l’adresse de l’envoyeur comme spam (message indésirable). En fournissant un contenu pertinent et en soignant l’objet du mail (voir ci-après, point 3) vous aurez toutes les chances d’obtenir un bon taux d’ouverture. De plus, cela améliorera la confiance de vos prospects et donc votre taux de conversion.

 

3. Soignez l’objet de votre e-mail

Certaines pratiques souvent utilisées par les spammeurs sont considérées «à risque» et doivent être utilisées avec précaution :

– Objet vide

– Objet uniquement en majuscule (exemple : OFFRE PROMOTIONNELLE)

– Utilisation abusive de certains signes tels que « !!!! » ou « ??? »

– Utilisation des signes « / » et « % »

– Même mot répété plusieurs fois dans l’objet

– Mots coupés avec des points ou trop espacés les uns des autres dans l’objet

– Insertion d’un nombre en début ou en fin de sujet (Exemple : 70 % OFF)

– Choix d’une adresse d’expéditeur peu significative et difficilement identifiable

 

4. L’expéditeur de votre message doit être reconnu.

Le nom de l’expéditeur du message est la première chose que l’on voit avant même d’ouvrir le mail. Beaucoup d’internautes n’ouvrent même pas un message lorsqu’ils ne reconnaissent pas l’envoyeur. Afin de créer un climat de confiance, il est bon de faire figurer le nom de votre entreprise, voire même de donner une apparence humaine et personnelle à l’envoyeur, en faisant figurer le prénom d’une personne de l’entreprise. Un nom d’envoyeur du type « prénom, nom de mon entreprise » rassurera l’abonné et contribuera à un bon taux d’ouverture.

 

5. Envoyer votre e-mailing au « bon moment »

Des études récentes montrent qu’en BtoB (Business to Business) les individus ouvrent d’avantage leurs emails entre 12h et 14h en semaine. Ce qui implique un envoie de mail avant 14h voir même avant 12h.  Le jeudi serait le jour où le plus grand nombre de messages e-mails est envoyé.

En BtoC les jours de la semaine les plus conseillés pour l’envoi d’un e-mailing sont du mardi au jeudi avec une tranche horaire cependant différente, la fenêtre 17h-20h correspondant à la fin de la journée de travail et à un moment privilégié où les particuliers consultent leurs emails personnels.

 

6. Soyez régulier quant à la fréquence d’envoi de vos e-mailings

Parmi les destinataires de vos e-mails il y aura surement des prospects, de nouveaux clients ainsi que vos clients fidèles. Pour satisfaire l’intérêt de vos clients fidèles et fidéliser les autres il faut veiller à maintenir une régularité dans l’envoi de vos e-mails, que votre rythme soit hebdomadaire, bi-mensuel ou mensuel.  La stabilité est un gage de sérieux dans l’esprit du client !

 

7. Testez vos emails

Avant d’amorcer sa campagne, il est impératif de tester le rendu HTML dans différents clients mail. Certains services de routage de mail proposent de tester moyennant finance, le rendu des emails sur différentes plates-formes. Cependant vous pouvez faire ceci vous-même en considérant que les trois principales plateformes les plus particulières niveau affichage sont Gmail, Windows Live Mail et Outlook 2007. Veillez donc à ce que votre HTML s’affiche correctement sur ces trois plateformes.

 

Pour conclure…

Alimentez votre base d’emails à chaque opportunité !

Hormis, les moyens classiques pour récolter des adresses mail, tout évènement lié de près ou de loin à votre entreprise peut être un moyen de récolter des adresses e-mails et d’alimenter votre base de données :

  • Faites figurer un formulaire d’inscription sur chaque page de votre site
  • Proposez l’inscription à votre newsletter lors de salons professionnels, de séminaires… sous forme de formulaire papier à remplir ou mieux, avec un formulaire en ligne à disposition sur un ordinateur portable dédié à cette tache et en libre accès.
  • Proposer l’abonnement sur les points de vente
  • Proposez l’inscription sur votre page Facebook

 

Fidélisez vos clients grâce au web !

sigrid_ellefsen_applications_fide݁liser_clients-1280x720

Saviez-vous qu’une entreprise perd en moyenne la moitié de ses clients tous les cinq ans ?

Or, fidéliser ses clients coute en général moins cher que d’en conquérir de nouveaux.

Cet article vous donnera des techniques clés pour fidéliser vos clients de manière simple et efficace, grâce à la mise en place d’une Newsletter et d’une communication régulière sur les réseaux sociaux.

Que faut-il faire pour éviter la perte de clients ?

1)    Communiquer par e-mail :

Pour fidéliser vous devez communiquer ! Vous pouvez envoyer des messages personnalisés à vos clients, communiquer sur vos nouveaux produits, leur envoyer des offres promotionnelles, etc. Comment ?  En récupérant les adresses e-mail de ceux qui visitent votre site internet, leur nom, leur prénom et toute autre information que vous jugerez utile.

Une technique efficace pour récupérer des adresses e-mails : la mise en place de jeux concours >> En savoir plus >>

Une fois que vous aurez une base de données qualifiée vous pourrez mettre en place une Newsletter !

Vos clients actifs doivent être la cible principale de votre Newsletter. Vos clients vous connaissent et ils vous apprécient (en principe !), ils seront donc plus à même de recevoir votre message de manière positive.

3 bonnes raisons d’envoyer une Newsletter :

  • informer ses clients de l’actualité de l’entreprise
  • maintenir un contact régulier avec ses clients
  • augmenter le trafic sur votre site en incitant les abonnés à le visiter

Ne vous contentez pas d’envoyer dans votre Newsletter l’actualité interne de votre entreprise. Profitez de cet espace pour marquer votre expertise dans votre domaine: proposez des articles de fond qui peuvent intéresser vos clients, des liens vers des ressources, etc.

Attention ! A ne pas négliger … Les obligations légales :

L’internaute doit être en mesure de se désabonner dès qu’il le souhaite. (Règle de l’opt’out)

Vous avez donc l’obligation d’ajouter un lien à votre Newsletter, généralement en bas de page, qui permet à l’internaute de se désabonner.

Si votre campagne est à destination de particuliers, vous devez impérativement obtenir l’accord des destinataires au moment de la collecte de leur adresse électronique.

De plus, l’auteur du mail doit être clairement identifiable.

C’est la loi relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, que vous pouvez consulter sur le site de la CNIL.

Source : http://www.cnil.fr/dossiers/conso-pub-spam/fiches-pratiques/article/la-prospection-commerciale-par-courrier-electronique

2)    Communiquer via les réseaux sociaux :

Les réseaux sociaux, et surtout Facebook, sont de plus en plus utilisés par les entreprises. Ouvrir des pages sur ces plateformes pour communiquer avec vos clients est un moyen efficace de les atteindre facilement et surtout à moindre coût.

Contrairement à l’e-mailing, les réseaux sociaux permettent l’échange et la participation de tous les acteurs (entreprise, employés, prospects, etc) grâce à des fonctions qui permettent de commenter ou de partager du contenu.

Fédérer une communauté :

Lorsque l’on se lance sur les réseaux sociaux, il n’est pas forcément facile de fédérer du monde, surtout lorsque l’entreprise est de petite taille. Or, il est nécessaire d’avoir un minimum de « fans » (Facebook) ou de « followers » ou « abonnés » (Twitter) pour que les actions que l’entreprise mène sur les réseaux sociaux puissent avoir de réelles répercutions.

Une fois encore, vos premiers « fans » sont vos clients, vos partenaires ou collaborateurs. Il faut donc les inciter à venir sur les réseaux sociaux. Vous pouvez par exemple ajouter les liens vers vos comptes Facebook et Twitter : en signature de vos mails, sur votre site Internet, dans votre newsletter ou encore dans votre communication papier (cartes de visites, flyers, affiches, packaging, etc.). Vous attirerez alors progressivement de nouveaux membres et votre communauté grandira au rythme de vos échanges quotidiens avec vos contacts.

Publier du contenu :

Vous pouvez bien entendu publier les mêmes informations que sur votre Newsletter. Mais cela ne suffit pas. De part la nature du média, vous devez provoquer les échanges et susciter l’intérêt. Postez des questions, des demandes d’avis sur vos produits par exemple.

Sur les réseaux sociaux, il ne faut pas parler que de soit en permanence. Parlez aussi des autres et de votre secteur d’activité. Ainsi, vous apporterez un vrai plus aux personnes qui vous suivent ou qui sont fans de votre entreprise.

En conclusion…

Prenez soin de vos clients pour qu’ils restent fidèles et continuent à dire du bien de votre entreprise !

PS : N’hésitez pas à commenter cet article et à nous faire part de vos techniques de fidélisation ! 🙂

 

Tirez profit de ce que pensent vos clients !

7761_1372777688_avis-consommateur-norme-afnor-v

Les e-commerçants le savent : les avis déposés par les clients au sujet de leur boutique et de leurs produits sont une véritable valeur ajoutée pour leur activité.

De plus, pour les clients, les recommandations sont primordiales. Elles sont une source d’information fiable et aident à la décision commerciale.

Comment obtenir des recommandations ?

1) Via votre site Internet :

Créer un espace pour recueillir les témoignages de vos clients ou anciens clients est primordial.

Par exemple autorisez vos clients à laisser des commentaires et des avis sur vos produits ou des témoignages sur vos ventes (ex: Ebay avec les notations des vendeurs).

Cela vous permet d’une part 
d’augmenter « artificiellement » le renouvellement du contenu de vos pages web (très apprécié par Google) et d’ajouter des mots clés supplémentaires dans vos pages web, qui reprennent les vrais termes employés par vos clients dans les moteurs de recherches. De plus, cela permet de rendre plus crédible et plus vivant vote site (via de vrais témoignages clients) et donc d’améliorer votre e-réputation.

Cependant, il y a quand même quelques petits inconvénients, tels que la mise en place technique (si ce n’est pas prévu sur votre site dès le départ vous devrez développer cette fonction) et la nécessité de modérer les commentaires. Dans tous les cas cela peut demander du temps mais représente un vrai avantage pour votre entreprise.

2) Via les réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn, Viadéo…)

Grâce à eux, il est devenu extrêmement simple de partager des informations et de solliciter des recommandations. Comme ces réseaux sont publics, les recommandations seront visibles par tous et peuvent renforcer la bonne image de votre entreprise.

Pour obtenir des avis clients sur Facebook, publiez la photo de vos nouveaux produits en incitant vos Fans à la commenter.

Exemple :

Capture d’écran 2014-05-12 à 15.59.16

Source : https://www.facebook.com/thebodyshopfrance?fref=ts

Attention, les réseaux sociaux peuvent également ternir l’image de l’entreprise, car ils sont de plus en plus utilisés comme « défouloir » par les clients mécontents. Les entreprises doivent être réactives et répondre au plus vite en argumentant de la meilleure manière possible pour faire face aux commentaires négatifs.

Gérer l’image de son entreprise sur les réseaux sociaux peut prendre énormément de temps, d’où l’intérêt d’employer un community manager.

 

Le but de tout ceci ?

Faire de la veille avec ses propres clients !

Si surveiller les discussions et les actions des concurrents est sans doute évident pour la plupart des entreprises, la surveillance de leurs propres clients est souvent négligée. Pourtant, ces mêmes outils peuvent offrir des informations précieuses sur des problèmes que vous n’avez peut-être pas réussi à détecter par d’autres moyens. Une fois les problèmes identifiés, il est simple d’agir en conséquence et de trouver la solution appropriée afin d’éviter une perte coûteuse.

Pour aller plus loin…

Certes, vous en apprenez beaucoup simplement en consultant et en écoutant ce que vos clients disent en ligne, mais ce n’est que le début. En utilisant certains logiciels (tel que Radian 6), vous pourrez approfondir votre stratégie. Vous pourrez découvrir ce que vos clients disent de vous, mais surtout analyser automatiquement l’avis général qui s’en dégage : est-il positif, négatif ou neutre ? Il suffit ensuite d’analyser les discussions pour en extraire des opportunités, qu’il s’agisse de remporter un nouveau client ou de conserver un client existant. >>En savoir plus>>